J’aime co bin un morceau de musique triste


J’aime co bin un morceau de musique triste où douleur et bonheur se mélangent en une subtile complémentarité.

Quelques miettes de joie qui flottent dans une grande flaque de tristesse.

Si la mayonnaise prend on écoute plusieurs morceaux, puisés dans un bac de vinyls , en faisant claquer les pochettes de cd, en parcourant une liste de lecture.

Le cerveau se met en mode rétroviseur. Les miettes de bonheur, les images, les souvenirs que l’on met sur les sons, la grande flaque vient tout napper de passé.

Et c’est là que cela fait mal, entre crampes et volupté; la détresse du chanteur, les violons, la voix cassé de la chanteuse sont des élastiques à rebours qui nous empêchent de rester dans la douceur du passé, de ses visages aimés, revus plissés, fugitifs.

On revisite des Grands Meaulnes flous. On revoit des mariages où l’on était mal placé, enfin, où l’on n’était pas à la place que l’on voulait.

C’est un balai d’images sonores, d’histoires inabouties laissées comme des brouillons accrochés aux branches du passé.

Par saccades remontent les souvenirs, On creuse, on creuse mais jamais on ne passe à travers sinon c’est bang bang.

La musique éclaire les clairières du passé, il n’y a pas de notes, pas de repaires, seuls comptent sur la partition, les larmes, et la chair de poule.

Tom Atfarcy

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s