Le Roi Lyre -Shakespeare


Acte 1scène II

voilà bien la suprême imbécilité du monde: lorsque notre fortune est malade,souvent du fait des excès de notre propre conduite,nous accusons de nos déboires le soleil,la lune et les étoiles comme si nous étions scélérats par fatalité,sots par compulsion céleste,crapules,voleurs,et traîtres par ascendant astral;ivrognes,menteurs,et adultères par soumission forcée à l’influence des planètes; et tout ce que nous faisons de mal c’est par instigation divine.Admirable dérobade que ce putassier d’homme que de mettre son instinct de bouc à la charge d’une étoile.

Shakespeare

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s