Poème cassé


 La patte de la cigale géante étouffée par le sable des jours gratte la pointe de l’écume de la vague à l’horizon de la mer.

Mais non fieu! C’est l’père de Kevin,il voulait pas que l’gamin prenne le bâton dans la voiture, alors il l’a enfoncé de tout son poids dans l’sap, pour pas qu’il puisse l’reprend, le gamin, le bâton.

patte-Tzigane

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s